Château d’Arcole

Interview de Philippe Gardere et de Véronique Barthe, propriétaires du Château d'Arcole.

Comment vous est venue la passion du vin ?

Je suis Bordelais d'origine, et tout petit déjà, lors des repas de famille, je remarquais que le vin avait beaucoup d'importance. J'ai commencé par le servir aux convives. Puis j’ai appris à ouvrir les bouteilles, regarder et sentir le vin.
Je rangeais aussi la cave de mes parents où j’ai appris l’importance de bien faire vieillir le vin. Cela m’a permis de découvrir les régions et les appellations.

Comment êtes-vous devenu(e) vigneron(ne) ?

Après mes études d'œnologue à la faculté d'œnologie de Bordeaux, j'ai rapidement fait le choix de travailler dans la production. En effet, cela me paraissait compliquer de faire un vin comme je voulais sans maitriser la production de raisin !

Pourquoi avez-vous choisi la conduite du vignoble en agriculture biologique et/ou biodynamique ?

Lorsque nous nous sommes mis à la recherche d'un vignoble sur Saint-Émilion, et que l'on nous a proposé le Château d'Arcole, qui a toujours été conduit en viticulture biologique depuis les années 1960, nous avons de suite franchi le pas. L'historique Bio de cette propriété était unique et le vin singulier. C’est le plus ancien vignoble de Saint-Emilion engagé dans une démarche environnementale. En appliquant par la suite les dernières connaissances sur les maladies du vignoble et l'amélioration des conditions de vie de la vigne, la biodynamie m'ai apparue évidente.

Comment travaillez-vous la vigne et au chai ?

Le sol est vierge et unique. Le vignoble se concentre sur une seule parcelle autour du château. À la vigne, j'aide les individus les plus faibles à se hisser au niveau des meilleurs pour en tirer la quintessence.

La propriété garantit par le sigle officiel AB (Agriculture Biologique) la qualité et la constance de sa démarche. Aucun désherbant ni pesticide ne sont utilisés. Le sol est intégralement travaillé par des labours légers pour maîtriser la pousse de l’herbe. Seuls des produits naturels servent à la protection du vignoble. Ébourgeonnage, effeuillage, vendange en vert : ces techniques viticoles permettent de limiter le rendement, d’aérer les grappes et ainsi de favoriser les défenses naturelles de la vigne contre les maladies.

Au chai, j'accompagne les transformations du vin de manière naturel pour une recherche d'harmonie parfaite. La vieille ferme du siècle dernier a été entièrement rénovée et elle abrite maintenant un chai moderne. La vinification est réalisée à l’aide de petites cuves rotatives en inox. L’extraction de la couleur et des tanins est douce et lente afin d’obtenir un jus fin de qualité. En fin de fermentation, les vins sont écoulés par gravité directement dans les barriques. Aucune pompe n’est utilisée lors des vinifications afin d’obtenir une plus grande finesse. L’élevage en fût de chêne dure de 14 à 18 mois selon le millésime. La mise en bouteille du vin a lieu au printemps suivant sans filtration.

Ce que je cherche à produire, ce sont des vins purs, originels, et équilibrés.

Quel est votre règle d’or pour faire un bon vin ?

Être à l'écoute de ses vignes et déguster

Qu’est qui vous démarque des autres vignerons ?

Je suis seul à travailler sur mon vignoble. Ainsi j'en maitrise toutes les composantes.

Quel est le vin qui vous a le plus marqué ?

Difficile à dire… C'est peut-être plus le moment qui fait qu'un vin peut nous marquer, car en fait il y a quand même beaucoup de très bons vins !

Retrouvez les vins du domaine sur Vignapart : http://www.vignapart.com/fr/17-chateau-d-arcole

Si vous avez aimé ce post, laissez un commentaire ! Et inscrivez-vous au RSS feed pour recevoir les derniers articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *